mardi 9 octobre 2012

Un poème chinois traditionnel

一剪梅 (李清照)

红藕香残玉簟秋。

轻解罗裳,独上兰舟。

云中谁寄锦书来?

雁字回时,月满西楼。

花自飘零水自流。

一种相思,两处闲愁。

此情无计可消除,

才下眉头,却上心头。

Brève présentation de la poétesse :
李清照:1084~?,南宋女词人。号易安居士,齐州章丘(今山东)人。父李格非为当时著名学者,夫赵明诚为金石考据家。早期生活优裕,与赵明诚共同致力于书画金 石搜集整理。金兵入据中原,流寓南方,明诚病死,境遇孤苦。所作词,前期多反映其悠闲生活,后期多悲叹身世,情调感伤.
[LI Qingzhao : née en 1084, morte en ? poétesse de Song du Sud. Son surnom c’est « résidente de Yi’an », de Zhangqiu (Shandong d’aujourd’hui). Son père GeFei était un grand intellectuel ; son mari était un chercheur en pierres précieuses ( ?). Au cours de la jeunesse, elle menait une vie aisée, et aidait son mari ZHAO Mingcheng a travailler les pierres, et des œuvres de calligraphie et de peinture. Dès l’envahissement de Jin, le couple a vagabondé dans le sud ; le mari est mort de maladie ; elle a commencé une vie solitaire et triste. Le style de ses poèmes a eu deux périodes : 1èrepériode – une vie oisive ; 2ème période – tristesse.]

****************************
Brève présentation du contexte du poème :
这是作者思念其丈夫而不可排遣之情的诗篇。 写于丈夫处出远游游学之时.
[La poétesse exprime, dans ce poème, sa pensée pour son mari qui est loin d’elle ….]

****************************
Traduction 

Les fleurs de lotus fanées, leur parfum épuisé,
La fraicheur de la natte annonce l’arrivée de l’automne,
Soulevant légèrement ma robe de soie,
Je monte tout seul dans la barque,
Est-ce que les nuages m’apporteraient une lettre envoyée de loin ?
Quand les oies sauvages retourneront en rang,
Nous allons admirer ensemble la lune pleine auprès du pavillon d’ouest.

Les flocons s’en vont, emportés par le courant,
Nous sommes séparés par la distance,
En partageant notre regret réciproque,
Comment puis-je éliminer ma pensée pour toi ?
Qui vient juste de partir de mes sourcils,
Mais occupe déjà mon cœur.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire